Lettre à mes chers hypersensibles (à l'heure du confinement)

Mis à jour : mars 20


Mes chers hypersensibles,

Avez-vous le même sentiment inavoué que moi? Ce qu'il nous arrive est dramatique et nous allons perdre peut-être des proches, compter les morts. Les professionnels de santé sont sur le pied de guerre pour combattre la pandémie. Notre économie s'effondre. Soudain tout s'est arrêté comme quand on s'est pris un mur à grande vitesse. Grande vitesse. Justement c'était ça notre problème, tout allait de plus en plus vite....trop vite. Certains d'entre nous commençaient à élever la voix nous avertissant du danger imminent. Ces voix nous disaient que nous consommions trop, que nous détruisions la nature, la Terre. Ces voix étaient de plus en plus nombreuses nous avertissant que tout cela ne pouvait pas durer, que nous allions trop vite, que nous allions trop loin. Et puis vint un méchant virus. Au début tout le monde s'en fichait. Forcément, pour ne pas créer la panique, on nous rabattait les oreilles en nous disant "c'est une petite grippe...si vous n'êtes pas vieux, vous ne risquez rien". C'était sans compter tous les porteurs sains. Et puis, peu à peu, pour certains la petite grippe est devenue une méchante pneumonie pouvant laisser des séquelles pour toujours même aux plus jeunes. Ensuite est venu le coup du Doliprane et de l'Ibuprophène, accélérateur du drame pour certains d'entre nous.

Nous voici à présent reclus, confinés, jusqu'à nouvel ordre.

C'est alors que pour les hypersensibles, et pour les plus attentionnés à l'état du monde, quelque chose d'inespéré s'est produit.

Les canaux de Venise sont devenus transparents, les dauphins sont revenus nager dans les eaux du port de Cagliari, le ciel est devenu plus pur, l'air davantage respirable. Les zones rouges de pollution sur nos photos satellites sont devenues bleues indiquant une changement radicale. Le silence règne et la lenteur s'invite dans nos vies.




Une bulle de douceur, le rêve pour les hypersensibles.


Le silence

Bien souvent les hypersensibles, hyper-empathiques et hyper-sensitifs souffrent du bruit dans nos villes : les restaurants

bondés, les camions poubelles qui grincent, les métros, les appartements mal isolés. Le bruit est partout et est devenu une véritable nuisance. En ces jours de confinement, le silence s'invite comme un cadeau en échange de nos renoncements. Il est là, il prend toute sa place. Pour certain, il peut être angoissant mais pour la majorité des sensibles il est à savourer sans retenu entrainant un sentiment de soulagement et de détente.

Enfin nous pouvons ouvrir nos fenêtres pour savourer la douceur printanière et le soleil. Aucune nuisance sonore ne vient perturber ce calme.

L'air pur

Les hypersensibles sont aussi parfois de grands allergiques et le changement d'air dû à l'arrêt quasi total des voitures et le ralentissement des usines est une autre aubaine. On sait que certaines allergies saisonnières sont beaucoup accentuées par l'air pollué de nos villes. Soudain adieu les allergies. Nous vivons l'inimaginable, quelque chose qui n'aurait jamais pu se produire sans ce satané virus : l'arrêt des voitures, des avions, des trains. Enfin nous pouvons respirer un autre monde.


Le temps

Même si nous sommes en télétravail pour la plupart, nous pouvons vivre à notre rythme. Comme nous sommes contraints de rester chez nous, rien ne nous oblige plus à courir ici ou là. Nous sommes obligés de faire ce que tous les sensibles et hypersensibles rêvent de faire : prendre le temps et vivre à son rythme. C'est l'occasion rêvée de prendre son temps, de s'écouter et de s'autoriser la lenteur.  Une opportunité unique de mettre en place un rythme nouveau et de le savourer.



Le retour à l'essentiel

Nous ne pouvons plus aller au théâtre, au cinéma, danser et flâner en terrasse. Pourtant ce confinement nous apprend à revenir à l'essentiel. Nous protégeons les plus faibles, nous ne contaminons pas les autres si nous sommes porteurs sans le savoir du fameux Coronavirus. De cet acte civique important nous recevons un cadeau inestimable : revenir à soi et à l'essentiel.

Nous avons la chance d'être en lien au monde grâce à notre modernité. Nous pouvons donc être lié, relié et connecté aux autres et en même temps, dans cette solitude être lié, relié et connecté à soi.

Prenons cette période comme une occasion de retraite et un retour essentiel à soi. Ainsi nous prendrons conscience (ou encore plus conscience) de ce qui est important et vital à notre équilibre.

Cette solitude qui nous apprend sur nous ne nous empêche pas de rester en connexion via internet avec nos proches, nos parents, nos amis. C'est d'ailleurs sûrement une occasion de leur montrer que dans l'inimaginable ils sont dans nos pensées. Alors surtout n'hésitons pas à le leur dire.



Un monde nouveau serait-il à notre portée?

Il y a 3 ans, j'ai écrit un texte qui a eu un certain succès à propos des hypersensibles qui seraient à mon sens des êtres arrivés trop tôt dans une société pas encore prête (ref. Hypersensibles, seriez-vous les sages de demain?)

Serions-nous arrivés à ce grand changement que beaucoup attendent? Serions-nous à l'aube d'un monde nouveau? Un monde respectueux de l'humain, de l'environnement, du vivant? Un monde où la valeur de partage remplace celle de la compétition? Un monde où la valeur humaine prend le dessus sur le consumérisme?

Un monde de respect, un monde d'égalité.

Aurons-nous enfin la possibilité de participer d'une façon plus concrète à un monde conscient?


Nous avons le choix et c'est maintenant. C'est le moment de remettre à jour notre mode de vie, d'oser mettre en place des projets qui nous correspondent, de changer ce que nous voulons changer depuis toujours sans jamais avoir osé. Nous n'avons plus rien à perdre et c'est maintenant ! Alors partageons, parlons, diffusons les bonnes ondes, les pensées généreuses et positives qui aident les plus démunis de ressources positives intérieures à accéder à leur richesse et leur talent afin qu'ils entrevoient le bonheur à long terme.


Mes chers hypersensibles, vous rendez-vous compte de la chance que nous avons? Vous rendez-vous compte à quel point nous sommes déjà prêts pour le monde de demain, ce monde de sagesse. Mes chers hypersensibles, souvent vous et moi, nous parlons de votre difficulté à assumer vos émotions. Vous savez qu'à chaque fois je vous explique, ou vous démontre, que vos émotions sont une force comme celles des créateurs, des artistes, des gens pas comme les autres. Ceux qui changent les choses, ceux qui dérangent par leur différence, ceux qui interpellent et obligent à réfléchir.  

Voici peut-être notre temps arrivé. Une époque où la sensibilité à la beauté, à la vérité, à la générosité et au partage est venue.

J'ose espérer que dans quelques semaines mes mots seront toujours d'actualité. J'ai bien conscience que cette lettre que je vous écris est peut-être utopique....à moins qu'elle soit visionnaire. Nous verrons bien. Au moins, on aura tenté. Au plus, on aura gagné. Pour le bonheur de l'humanité.


Chers hypersensibles honorez vos ressentis, vos émotions, votre sensibilité car elles sont votre richesse et si vous savez y faire, votre force.


©Géraldyne Prévot Gigant 19 mars 2020 un jour de confinement....comme les autres.

41 - 49 rue de Passy 75016 Paris 

info@geraldyneprevotgigant.com - Mob : 06 18 17 14 49

0