Premier amour

 

“Nous allons bien souvent vers ce que nous connaissons.” précise la psychopraticienne Géraldyne Prévot-Gigan au magazine L’Express. 


Voici ce que je découvre ce matin dans un article publié sur le marieclaire.fr. 
Gigant à soudain perdu son T mais surtout ce qui me gène c'est que je n'étais pas du tout au courant de cet article et que ma phrase est totalement sortie de son contexte. 
"On va vers ce qu'on connait" est une de mes phrases fétiches que j'utilise en consultations, groupes ou conférences pour expliquer que sont imprimées en nous des expériences du passé et que, dans notre système de répétition, nous allons vers ce que nous connaissons : nous revivons sans cesse le même drame jusqu'à ce que nous en prenions conscience. 
Dans l'article en question ma phrase est reprise et sortie de son contexte pour expliquer que nous cherchons toujours à retrouver notre 1er amour. 
Absolument pas systématiquement ! 
Certes notre premier amour peut nous avoir traumatisé si cela s'est mal passé, en avoir conscience est important car cela nous permet de nous libérer d'une charge émotionnelle enfouie et/ou de se libérer de croyances limitantes qui entravent notre bonheur amoureux.
Mais surtout : Non ! Tout ne vient pas du premier amour ! Le début de la chaine ne se trouve pas là, ce premier amour est bien souvent déjà la répétition d'une problématique dont nous ne sommes pas consciente. 
Par exemple : Le père d'Irina a quitté le foyer familiale la veille de Noël, elle avait 7 ans. A partir de là tout a commencé à partir en vrille entre elle et son père : son intérêt pour une autre femme que sa mère, son intérêt pour les fils de cette femme, la perte de repères, etc...
La blessure d'abandon d'Irina s'est réactivée lorsque son amour de vacances l'a ghosté à la veille de la rentrée scolaire. Etait-ce son choix à lui ou pas? Irina ne le saura jamais. Elle a appris qu'elle ne reverrait jamais Bastien par la mère de celui-ci : " Bastien a ses études à faire, il ne peut être perturbé par un amour de vacances. "
Un vrai choc pour Irina dont la blessure d'abandon initiale s'est fortement réactivée. S'en ai suivi durant de nombreuses années une série de relations difficiles où l'abandon (et la peur d'abandon) se rejouait encore et encore jusqu'à ce qu'Irina arrive en thérapie et commence à se libérer du système de répétition. 
Bref, décidémen c'est la série des articles qui me font bondir ! 

Bonne réflexion et bon week-end à tous. 
#premieramour #répétition #articlepresse #blessuredabandon #marieclaire 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

LES FEMMES ET L'AMOUR 2.0

October 14, 2019

1/10
Please reload

Posts Récents

March 2, 2019

January 4, 2019

Please reload

Archives