La joie


Avez-vous remarqué comme sa sainteté le Dalaï-Lama a de l’humour et comme il est joyeux?

Avez-vous remarqué comme la joie élève votre énergie. Ce n’est pas seulement d’être joyeux qui vous fait sentir léger, c’est que la joie est très haute en vibration. Une des plus hautes.


Je parle de la joie profonde et non superficielle. Malheureusement, parfois, les gens projettent et pensent que les joyeux sont superficiels, inconscients, déconnectés de la réalité ou un peu stupides. Ceux qui connaissent la paix intérieure, ceux dont l’ego s’est bien érodé avec le temps, les épreuves et la vie, ces êtres là sont naturellement joyeux.

Je suis quotidiennement joyeuse.

Je suis joyeuse de dialoguer avec mon âme. Je suis joyeuse d’être en vie et de danser avec l’existence. Je suis joyeuse à chaque synchronicité. Je suis joyeuse d’être là en ces heures sombres pour faire ma part. Je suis au rendez-vous du destin et mon âme est joyeuse de cela car le chemin fut long et périlleux. Je suis joyeuse car je sais d’où je viens et pourquoi je suis sur cette Terre. Je suis joyeuse car en contact si fréquent avec l’instant présent. Je suis joyeuse car je suis connectée au tout : à la nature, aux animaux, aux êtres humains, aux étoiles et à l’univers. Je suis joyeuse car je sens la grâce dans mon coeur si souvent. Je suis joyeuse car j’ai foi en l’humain.

Parfois les gens joyeux sont méprisés. Pourtant la joie résultant d’un cheminement, d’un contact véritable avec soi-même doit être vue comme un cadeau divin.

La joie c’est aussi quand on décide de voir chez l’autre le beau, le bon et le lumineux.

Alors oui je suis joyeuse. C’est le cadeau que j’offre au monde qui a tant besoin de lumière, de perspectives et d’espoir.

Et puis n’oublions pas que nous créons notre réalité avec ce à quoi nous portons notre attention. Si je me focalise sur l’ombre, le pessimisme, les risques et les dangers, je leur assure un bel avenir. Alors que si je porte mon regard sur les potentiels, les opportunités, l’espoir et si j’ai confiance en l’avenir alors je donne une chance à ce futur.

Malheureusement la joie qui vient de l’âme n’est pas toujours vue comme profonde. Car on ne reconnaît que ce qu’on connaît. Si vous ne connaissez que tristesse et joie superficielle c’est ce que vous allez projeter sur les autres. Si vous avez traversé le labyrinthe de votre inconscient, si vous avez embrassé votre intériorité et si vous avez ouvert la porte à votre âme, alors vous porterez un regard compatissant sur les autres, sans projections, conscient que nous en sommes tous au même point : une âme en voyage sur Terre avec son lot de souffrance, d’errance et parfois de libération.

Et je n’ai pas toujours été joyeuse. Au contraire j’étais une enfant qui ne souriait pas souvent. J’ai été une femme triste. Et puis j’ai cheminé pendant des dizaines d’années. J’ai fait le ménage dans mon subconscient pour finir par me rencontrer. J’ai été initiée par la vie et j’ai effectué plus d’une renaissance et non sans douleurs. Et puis un jour, la paix est venue et elle n’est jamais repartie. Parfois le chaos s’invite chez moi. Alors je l’embrasse, je l’enlace, je fais corps avec lui. Durant cette période la joie est momentanément recouverte mais pas pour très longtemps car cette joie est profonde, prenant racine dans la paix du cœur.

Faites attention aux vrais joyeux, ils pourraient vous révéler à vous-mêmes.

Ma joie est celle de mon âme qui scintille de pouvoir participer en ce présent à un monde nouveau. C’est l’amour de la vie.

Géraldyne Prévot Gigant